Foie gras. Laissons la parole à la réalité…

Foie gras.

Chères et chers,
Lectrices et lecteurs,

Laissant la parole à la réalité, car, c’est bien connu, elle dépasse la fiction, ce n’est pas du tout de science-fiction que je veux vous parler aujourd’hui, mais de quelque chose de bien réel, qui se passe actuellement sur votre planète, la Terre.

Il s’y trouve une créature suffisamment fière et certaine de la bienveillance dont elle fait preuve pour avoir donné son propre nom au concept moral de « Bonté ». Elle a inventé le mot « Humanité » qui la désigne elle-même, mais qui veut aussi dire, selon elle : « Être bon. Avoir bon cœur. ». Pour les humains, « être humain », veut dire : « être quelqu’un de bien, tout simplement (et sans fausse modestie, on l’aura remarqué) ». Exemple : « Faire le bien avec une touchante humanité ».
Cette même créature a également inventé le terme « Bestialité » qui veut dire : « se comporter comme une bête ». C’est-à-dire avec beaucoup de cruauté. Exemple : « Un meurtre commis avec bestialité ».
En personnifiant l’humanité, elle pourrait dire : « Faire le bien avec une touchante moi-tité » ou : « Un meurtre commis avec les-autres-tité ».

Pour la clarté de ce qui va suivre, je vais donc appeler les humains qui sont si humains : « Les gentils ». Les êtres qui ne sont pas humains, donc inhumains et bestiaux, je les appellerai : « Les méchants ».

Heureusement, comme dans toutes les belles histoires ce sont les gentils qui gagnent. Je vous invite à regarder une vidéo de ce que les gentils sont capables de faire aux méchants, sans aucun doute pour les punir de leur bestialité. C’est à partir de la 5eme minute précisément que ça devient particulièrement… euh… Comment dire ? À vous de trouver, tiens !

 

Voyez vous même en cliquant là !