QR décembre 2013

 

Lucie B :

1) – Cherches-tu à transmettre des messages, des valeurs ?

2) – Les technos dont tu parles dans tes aventures sont-elles réelles ou de pure fiction ? On sait que les technos innovantes mettent de nombreuses années à sortir à la vue du public.

 

1) Non. Je dois le faire de temps en temps malgré moi. Mais ce n’est pas mon but premier. Peut-être un peu plus dans le Tome 3, oui… à bien y réfléchir. En tout cas, quand je décide d’écrire une histoire je ne me dis pas : « tu vas faire passer ça ». En revanche, l’histoire me conduit parfois à découvrir et à exprimer des pensées qui viennent à moi. Un peu comme si je m’enrichissais de l’expérience de mes personnages. Hein ?, oui, je sais, c’est ouf !

2) Elles ne sont pas réelles au moment où j’écris, mais je suis rattrapé par la réalité. Les vidéo-plaques sont devenues les tablettes tactiles qui n’existaient pas quand j’écrivais Il sera… Tome 1. Je finis vite de te répondre avant que les céphs n’existent !

QR novembre 2013

Laurent T :

J’ai remarqué que certaines machines du monde de Il sera (les RPRV et les gravitants) ont souvent des noms de moto déguisés. J’ai par exemple noté :

Kawa Mach III

Yam CBX

Ducadesmo

Guz V7i

Es-tu un passionné de moto ?

 

J’ai eu effectivement plusieurs gros cubes. Et j’ai fréquenté un milieu de motards un peu fous, ce qui m’a permis d’essayer quelques machines. Du 2 temps, du 4 temps et des gros mono aux six cylindres.

QR octobre 2013

Jean P :

Dans quelle mesure pensez-vous que « Il sera » décrit notre futur ?

Je n’ai aucune prétention en la matière. Il sera… n’est pas un ouvrage de prospective. Il y a dans ses lignes un petit peu de technique et quelques données scientifiques, mais le but est avant tout de raconter une histoire, de distraire. Non, je n’ai pas la présomption de décrire le futur. Je n’en ai ni la compétence ni la réelle intention. C’est d’ailleurs sans doute parce que je n’ai pas la première que je n’ai pas non plus la seconde.